Gisements de Chibougamau

Corner Bay

La veine principale de Corner Bay est une veine orientée nord-sud, inclinée de 75 degrés vers la veine ouest et encaissée dans une zone de cisaillement latérale et glissante. Le gisement Corner Bay est considéré comme la première découverte de cuivre d’importance économique sur le flanc sud du complexe du lac Doré. Vingt-six années d’exploration, principalement par Corner Bay Exploration Ltd. ont mené à la découverte du gisement Corner Bay en 1982 par une coentreprise entre Corner Bay Exploration Ltd. et Rio Algom Inc. En 1995, la propriété a été acquise par Ressources MSV Inc. (MSV) qui a par la suite fusionné avec Ressources Campbell et a effectué plusieurs programmes de forage d’exploration jusqu’en 2008.

Une première estimation des ressources minérales a été réalisée en 2006.  En 2008, un programme d’échantillonnage en vrac souterrain a été amorcé et environ 40 000 t ont été extraites, transportées par camion et broyées au concentrateur de Copper Rand avec une récupération de cuivre de 94,04 %.

Le programme de forage de 2017/2018 a élargi les zones connues et identifié des ressources additionnelles et de nouvelles cibles. La veine principale de Corner Bay a été forée à deux endroits : 1) en profondeur autour du sondage CB-95-02 et, 2) sous le dyke à environ 800 mètres de profondeur sur le côté sud de l’axe de la veine principale où trois bonnes intersections historiques à haute teneur ont été identifiées. Les deux programmes ont confirmé la continuité de la minéralisation. Les résultats du deuxième secteur se sont démarqués, alors que les 8 intersections ont recoupé des minéralisations économiques.

La minéralisation est concentrée dans la zone de cisaillement principale et le minerai de chalcopyrite ainsi que d’autres sulfures (Po et Py) qui présentent des textures de remplacement. Des veines de quartz sont également présentes dans les zones de cisaillement et semblent être une syn-minéralisation, car elles surimpriment les textures à l’intérieur du cisaillement, mais sont parfois aussi remplacées par les sulfures. Les veines elles-mêmes ne semblent pas avoir d’effet sur la minéralisation puisqu’elles ne renferment pas exclusivement les sulfures, mais sont présentes dans l’ensemble minéralisé.

Le contenu en chalcopyrite varie de 5 % lorsqu’elle se trouve interstitiellement entre les clastes et le long des veinules à environ 90 % sous forme de sulfures massifs dans plusieurs zones distinctes.

L’altération s’étend jusqu’à 10 m de la zone minéralisée et comprend de la séricite et du chlorite. L’altération est représentée par un léger blanchiment de l’anorthosite hôte et se dissipe progressivement de la zone de cisaillement tout comme le tissu cisaillé.

La longitudinale des intersections sous le dyke est montrée ci-dessous


Vue 3D des veines à Corner Bay vers le NE.

En raison du mouvement latéral/glissement le long de la faille principale qui abrite la minéralisation, l’espace libre créé par les « jogs » le long de la structure est de nature verticale, ce qui permet la formation de chutes de minerai qui sont très inclinées et subverticales. Ceci est actuellement confirmé par la distribution de la teneur dans la partie supérieure de la veine où le forage est plus dense.

Ressources 43-101 actuelles (2019) mesurées, indiquées et présumées – 3,01 Mt @ 3,47 % Cu et 0,28 g/t Au.

Il y a la présence d’autres veines dans le district de Corner Bay et l’objectif de la Société est d’augmenter les ressources de la veine principale, mais aussi de définir des structures économiques parallèles.

Cedar Bay

Cedar Bay est un ensemble de veines de cisaillement d’extension qui se sont formées perpendiculairement au déplacement le long de la faille du lac Doré et à partir de celui-ci. Les zones parallèles sont situées au nord-ouest de la faille du lac Doré, elles sont orientées à 130 degrés et ont un pendage subvertical.

Ressources 43-101 actuelles (2019) – 360 000 t @ 8,7 g/t Au et 1,9 % Cu

Ressources historiques (non 43-101) – 302 708 t @ 5,45 g/t Au et 0,97 % Cu

Cedar Bay a été exploitée jusqu’au niveau de 2 200 pieds entre 1958 et 1990 avec un total de 3,8 millions de tonnes extraites à une teneur de 1,63 % Cu et 3,1 g/t Au. La majeure partie du minerai extrait provenait de la zone principale et de la structure parallèle la plus au nord-est de la zone 10-20 jusqu’à une profondeur de 2 200 pieds où la minéralisation s’est enfoncée. Il y a un puits qui descend jusqu’au niveau 3 400 pieds. Des travaux d’exploration plus récents ont permis d’identifier une intersection à haute teneur en or dans la zone 10-20 à peu près au même niveau que le fond du puits. L’objectif du programme de 2018 était d’assurer le suivi de cette intersection à forte teneur.

Les forages ont permis d’identifier le potentiel de la veine principale, mais surtout de confirmer la présence d’intersections à haute teneur dans la zone 10-20. Ces zones sont ouvertes dans différentes directions.

Le plus récent programme a permis d’identifier des intersections exceptionnelles comme 2,4 mètres à 1,7 % Cu et 19,5 g/t Au, et 2,1 mètres à 4,5 % Cu et 15,4 g/t Au.

Le contexte structural est très semblable à celui d’autres gisements le long de la faille du lac Doré qui ont été exploités par le passé. Il y a très peu de cisaillement le long de la principale structure de faille minéralisée normale, mais les chutes à minerai sont actuellement interprétées comme étant peu profondes et plongeant sur la longueur. Dans ce gisement, un pincement des veines s’est produit à une profondeur de 2 200 pieds et il est maintenant évident que les veines ont réapparu en profondeur, mais avec des teneurs en or beaucoup plus élevées.

La minéralisation comprend des sulfures tels que Po, Py et Cpy qui se présentent sous forme de veinules et de zones de sulfures massifs. L’altération est principalement de la séricite et du chlorite et est située à proximité des structures minéralisées. L’or se trouve dans les mêmes structures qui renferment les sulfures, mais il est très probablement lié à une surimpression orogénique ultérieure.

Les forages qui seront réalisés ici se concentreront sur l’extension des zones parallèles en aval pendage et latéralement, ainsi que sur l’identification de nouvelles zones parallèles profondes (telles que l’extension de la « Zone Principale » historique exploitée).

La structure la plus à l’est de Cedar Bay contient de l’or à haute teneur


Vue 3D le long de l’axe (130 degrés) des zones de veines parallèles qui ont été définies lors de la récente campagne de forage.


Copper Rand

Copper Rand était la principale source de minerai pour Mines Campbell lorsqu’elle a cessé ses activités. Historiquement, c’était aussi la plus grande source de minerai du camp du lac Doré. Les ressources actuelles se répartissent en deux zones : la zone CR5000 et la zone Hanging Wall. La majorité des ressources à teneur plus élevée se trouve dans la zone CR5000. Il s’agit des ressources que Doré Copper pourrait cibler plus tard dans un scénario de redémarrage.

Le projet CR5000 a été amorcé par MSV en 1997, puis achevé après la fusion avec Campbell en 2001. Le minerai de la zone CR5000 est accessible par le Puits 4 qui descend jusqu’au niveau de 3 980 pieds et est ensuite accessible par une rampe de 1 500 mètres à une inclinaison de 16o. Au cours des dernières années de l’exploitation de Copper Rand, très peu de travaux d’exploration ont été effectués en raison de la situation financière de la société et du fait qu’il y avait suffisamment de minerai pour plusieurs années d’exploitation. La zone CR5000 est toujours ouverte en profondeur et latéralement. Cependant, en raison de sa profondeur, il n’y a aucun plan ni aucune exploration additionnelle de prévus jusqu’à ce que les activités de production recommencent à Copper Rand.

Copper Rand est encaissé dans le même type de système minéralisé que Cedar Bay, mais se trouve sur le côté sud-est de la faille du lac Doré. Il a été formé par les mêmes processus avec un mouvement le long de la faille du lac Doré créant des failles d’extension perpendiculaires en aval qui renferment la minéralisation. Le potentiel en profondeur de ces structures est de plusieurs kilomètres, de sorte que la minéralisation de Copper Rand possède un grand potentiel sous les ressources actuelles, comme la plupart des gisements autour du camp.


Section longitudinale du niveau 5000 de Copper Rand. Il existe un grand potentiel en dessous des zones précédemment exploitées, car la minéralisation demeure ouverte latéralement et en aval-pendage – l’étendue en profondeur de la minéralisation du camp du lac Doré n’a pas encore été déterminée.


Gisement du Lac Doré

À la fin des années 80 et au début des années 90, Westminer a accédé au gisement du lac Doré au moyen d’une double rampe. Le gisement est peu profond et situé près de l’usine Copper Rand. Au début de l’exploitation, ils ont découvert que les structures étaient fortement faillées dans deux directions et que les lentilles de minerai étaient discontinues, ce qui a entraîné des coûts plus élevés et moins de minerai que prévu au départ. Des forages limités effectués immédiatement sous les ressources connues à environ 400 mètres de profondeur n’ont pas permis d’identifier de minerai additionnel. Puisque la majorité de la valeur du lac Doré est en or et non en cuivre, Westminer a décidé de mettre l’exploitation en veilleuse.

Les failles NNE qui ont décalé le minerai du gisement du lac Doré se poursuivent dans Copper Rand, mais n’affectent que la partie supérieure de la mine et sont de moindre ampleur. Les parties plus profondes du gisement du lac Doré pourraient ne pas être affectées ou moins déplacées, car le potentiel en profondeur de ces gisements dépasse 1,5 km et il y a beaucoup de place pour du minerai plus économique sous le pendage du lac Doré. Historiquement, il a été noté que les gisements formés par la faille du lac Doré ont une teneur élevée près de l’intersection avec la faille du lac Doré. Ce secteur a été peu exploré et peut contenir de grandes quantités de minerai économique, comme d’autres gisements similaires dans la région (Cedar Bay et Copper Rand).

La minéralisation ici est la même qu’à Cedar Bay (décalée le long de la faille du lac Doré) et on peut donc s’attendre à trouver du minerai à haute teneur en or dans des lentilles situées à au moins 1 km sous la surface.

Comme on l’a toujours supposé, en raison de son emplacement sous le lac, il faudra probablement forer cette cible de forage hivernale à partir de la glace afin d’explorer ce gisement en profondeur et une possible zone à haute teneur plongeant le long de la faille du lac Doré.

Une des zones de potentiel se trouve au nord-ouest le long de la minéralisation connue du lac Doré vers la faille du lac Doré, tout comme les extensions en aval-pendage de la minéralisation connue.

Vue en plan du gisement du lac Doré avec la faille du lac Doré en bleu orientée vers le NE.

Nouvelle zone de ressources potentielles : région du lac Doré

  • Situé à moins de 80 m de la surface et possède une double rampe.
  • Précédemment exploitée de manière souterraine avec accès.
  • Le gisement du lac Doré est le prolongement potentiel du gisement Cedar Bay selon la théorie du déplacement horizontal le long de la faille du lac Doré.
  • Gisement qui n’a pas fait l’objet de travaux d’exploration en direction de la faille du lac Doré et à des profondeurs supérieures à 400 m.
  • Accès facile depuis le site de Copper Rand.
  • De nombreuses teneurs de +1 % Cu et de +5 g/t Au provenant des sondages de 1987 à 1992 par Westminer Canada Ltd.

Gisement Devlin

  • Situé à moins de 80 m de la surface et a un déclin existant vers une zone minéralisée.
  • Gisement horizontal, sans conduits d’alimentation verticaux identifiés pour l’instant.
  • Accès facile et faible intensité en capital, ce qui pourrait permettre d’alimenter l’usine à court terme.

Le gisement Devlin est un gisement de sulfures magmatiques massifs plat (horizontal) situé près de la surface, < 100 m. Il diffère des autres gisements de la région parce qu’il est encaissé dans le pluton de Chibougamau lui-même. Les autres gisements sont tous encaissés dans l’anorthosite environnante. Les fluides magmatiques ont très probablement exploité un plan de faiblesse à l’intérieur du pluton et le minerai a été entreposé. Un échantillon en vrac a été prélevé dans les années 1980, de sorte qu’il existe déjà une rampe d’accès. Le potentiel d’exploration de Devlin repose sur la possibilité d’identifier un système d’alimentation et des lentilles décalées sous le lac. Trois sondages plus profonds jusqu’à 700 mètres ont été forés et un autre système parallèle plus profond n’a pas été intercepté. La structure d’alimentation est susceptible d’être l’une des principales failles orientées NE (parallèle au lac Doré) et pourrait être très similaire aux mines Henderson au nord de la propriété qui se trouvent dans ces structures principales.

D’autres forages seront axés sur l’identification d’une structure d’alimentation subverticale et sur l’identification des extensions décalées du gisement sous le lac.

Gwillim

La filiale CBAY Minerals de Doré Copper détient 50 % de Gwillim. L’autre moitié appartient à Argonaut Gold. Doré Copper est l’opérateur.

La mine Gwillim a été exploitée de 1974 à 1976, puis de 1980 à 1984. Au total, 245 245 tonnes courtes ont été extraites à une teneur de 0,142 oz/t Au (4,86 g/t Au) et 0,06 % Cu. En 1987, deux intersections à haute teneur ont été forées par l’opérateur Greenstone Resources à des profondeurs modérées de 200 à 300 mètres dans la zone KOD (300 m au sud de la zone principale exploitée). Les intersections étaient de 7 mètres à 33 g/t Au et de 7,9 mètres à 17,9 g/t Au. Vingt-cinq autres sondages ont été forés à partir de la surface avant l’aménagement d’une rampe et la zone a fait l’objet d’autres travaux d’exploration souterrains en 1988, mais n’a pas été exploitée (certains travaux de développement à travers le minerai). En 1989, trois autres sondages de surface ont été forés à des profondeurs de 400 m, dont un n’a pas atteint la zone de minerai plongeant vers l’est à cause d’une déviation. Greenstone n’a pas fait de suivi par la suite, puisqu’elle a procédé à la construction de mines d’or en Amérique centrale.

La minéralisation ici est encaissée dans des veines de quartz-carbonate avec des quantités limitées de sulfures massifs. Le minerai est principalement de l’or avec des traces de cuivre, ce qui indique un type de minéralisation différent de celui de Cedar Bay, par exemple. Deux zones de veines ont été identifiées parallèlement l’une à l’autre, à moins de 50 m l’une de l’autre, la minéralisation se trouvant principalement dans la veine la plus au nord. La structure est orientée E-O, ce qui la distingue des principaux gisements du camp et, en raison de sa nature structurelle unique, nous n’avons pas autant d’information que les autres gisements qui peuvent être liés à un système structurel similaire.

Gwillim Main est la principale ressource qui a été exploitée lorsque la mine était en production.

Vue en plan de la mine Gwillim.

La zone KOD n’a été explorée que brièvement avant d’être abandonnée, mais présente un potentiel très élevé, peu profond et déjà doté d’un accès en rampe.

Un rapport de 1989 indique que les dernières ressources calculées pour la zone KOD s’élèvent à 216 000 tonnes à 0,334 oz/t Au, soit environ 70 000 onces. Il s’agit d’une mesure de nature historique qui n’est pas conforme au Règlement 43-101.

D’autres forages viseront à définir les limites du minerai en amont et en aval-pendage, ainsi qu’à le prolonger le long de la plongée vers l’est.

ZONE HEMATITE BAY GOLD

La zone Hematite Bay Gold est située à l’extrémité nord de l’île Portage et présente une veine subverticale de sulfures semi-massifs. Six sondages ont été forés dans les années 1950 et ont recoupé 4 intersections de cuivre-or dont 4,5 m à 0,32 % Cu et 7,8 g/t Au comme meilleure intersection.

D’autres travaux d’exploration seront axés sur la définition d’une veine économique plus continue en forant sous les intersections courantes (< 150 m) et en la limitant latéralement.

Ressources minérales croissantes

  • Cibles d’exploration telles que Portage Lake, Baie du Commencement, veine McKenzie, zone Hematite Bay Gold et des cibles d’exploration géophysique.

Vue en plan de la zone Hematite Bay Gold. Les sondages sont projetés en noir, la veine en rouge pointillé.

Puits 3

La zone du Puits 3, connue sous le nom de zone Merrill East au moment de l’acquisition de CBAY, contient une ressource historique de 411 000 tonnes courtes avec une teneur en cuivre de 2,2 %. Ceci n’est pas considéré comme conforme au Règlement 43-101. Elle est située à l’extrémité ouest de l’ensemble des propriétés du lac Doré.

Il s’agit d’un gisement similaire à celui de Cedar Bay et d’autres gisements similaires le long de la faille du lac Doré. Une veine de cisaillement extensif à pendage abrupt avec une minéralisation de sulfures massifs et de carbonates qui est orientée à environ 130 degrés.

Le potentiel du Puits 3 se trouve surtout en profondeur sous les ressources connues/exploitées, car la plupart des gisements du camp s’étendent en profondeur sur près de 1 km et plusieurs au-delà.

Baie du Commencement et Veine McKenzie

Le secteur de la Baie du Commencement a été foré pour la première fois en 1956. La Baie du Commencement est située sur le côté ouest de l’île Portage. Sur les 7 forages d’exploration, 2 veines de quartz subverticales contenant des teneurs élevées en cuivre et en or ont été recoupées : 6,85 % Cu, 3,48 oz/t Au, 0,4 oz/t Ag et 0,32 % Co sur 1,5 pi et 3,90 % Cu, 3,25 oz/t Au, 0,34 oz/t Ag et 2,16 % Co sur 1 pi.

Des programmes de forage à faible profondeur ont également été réalisés par Westminer en 1991 avec 13 sondages et par MSV en 2003/2004 avec 6 sondages. Les résultats de Westminer étaient prometteurs en ce sens qu’ils ont recoupé des intersections aurifères étroites, mais à haute teneur.

Les travaux de NUINSCO à la Baie du Commencement en 2013 ont totalisé 4 sondages pour 582 m et semblent avoir tracé la veine primaire de quartz-carbonate à des profondeurs supérieures à 100 m de la surface et avoir confirmé la direction de plongée interprétée de la structure très prospective. Les résultats ont été décrits comme quelque peu décevants sur le plan des teneurs rencontrées, mais assez encourageants pour démontrer la probabilité que la structure persiste à une profondeur significative et se prolonge vers l’est selon les largeurs observées et l’intensité de l’altération. Ils ont également déclaré que plus de 35 sondages provenant de forages historiques n’ont jamais été envoyés pour analyse (peut-être à cause d’un manque de minéralisation épaisse visible), ce qui ajoute au potentiel de la zone dans les secteurs déjà forés.

La veine BDC est actuellement interprétée comme étant reliée à la veine McKenzie au NE près de l’ancienne mine Portage. Elles ont des teneurs et des styles de minéralisation très similaires. Il pourrait s’agir d’une seule et même veine à chaque extrémité d’un « jog » structural d’une structure majeure orientée NE, le « jog » étant la plus grande zone de déplacement de la faille décalée sous le lac Portage.

Les forages à l’île Portage se concentreront sur le prolongement de la veine BDC et de la veine McKenzie, ainsi que sous le lac Portage qui n’a pas été suffisamment testé latéralement ou en profondeur.

Les veines sont des lignes rouges pointillées, les sondages sont tracés en blanc.

Vue en plan de l’emplacement de la BDC et d’autres branches subsidiaires possibles.
Vue en plan de l’île Portage avec des lignes pointillées noires représentant les failles, rouges – veines. La dilatation le long du « jog » sous le lac représente le plus fort potentiel de minéralisation étendue et ciblée.

Jaculet

La mine Jaculet a produit de l’or et du cuivre dans les années 60 et 70, de la surface jusqu’à 1 200 pieds. Cependant, un potentiel de développement existe, car le gisement Jaculet est soupçonné d’être le prolongement décalé du prolifique cisaillement de Copper Rand le long de la faille du lac Doré.

La minéralisation de Jaculet est typique des gisements du lac Doré comprenant des sulfures massifs (Py, Cpy, Po), mais aussi des quantités plus faibles de galène, de sphalérite et de magnétite, avec des veines fortement ou subverticalement inclinées. Les similitudes se poursuivent avec le gisement encaissé dans plusieurs zones filoniennes et minéralisées parallèles, tout comme à Cedar Bay et Copper Rand. La découverte de nouvelles zones parallèles pourrait accroître le potentiel du gisement.

La minéralisation ici a le même potentiel que Cedar Bay, lac Doré et Copper Rand et pourrait être minéralisée jusqu’à 5 000 pieds ou plus. Un levé MegaTEM a été effectué dans le secteur et pourrait aider à identifier du minerai dans les zones principales ou parallèles lorsque les résultats seront analysés.

Les travaux d’exploration à Jaculet seront axés sur l’identification d’autres cisaillements parallèles et l’extension des zones minéralisées en aval-pendage.


À en juger par le décalage entre Cedar Bay et la rampe du lac Doré, Jaculet peut être le décalage de Copper Rand.

Vue en plan de la faille du lac Doré et de Jaculet au nord.

Propriété en Option Joe Mann

  • Joe Mann a été exploitée pendant 27 des années entre 1956 et 2007, le matériel minéralisé ayant été traité à une usine sur place, soit à l’usine Principale et à l’usine Copper Rand de Doré Copper.
  • Production de 1,173 million d’onces d’or à une teneur de 8,26 g/t Au, 607 000 onces d’argent à 5 g/t Ag et 28,7 millions de livres de cuivre à 0,25% Cu (Source: Technical Report on the Joe Mann Mining Property, daté du 11 janvier 2016 et préparé par Geologica Inc.).
  • Joe Mann comprend 55 titres miniers couvrant 1 990,2 hectares de terrain. Doré Copper possède déjà 22 titres miniers dans la région de Joe Mann par l’entremise de sa filiale en propriété exclusive CBAY Minerals Inc. Quatre des 22 titres miniers ont été récemment acquis et sont actuellement en voie d’être transférés à Minéraux CBay Inc.
  • Joe Mann est caractérisée par des veines de cisaillement orientées E-O qui s’étendent verticalement sur plus de 1 000 m et dont la minéralisation a été identifiée sur plus de 3 km. La minéralisation aurifère à Joe Mann se trouve dans des veines de quartz-sulfures déformées encaissées dans des zones de cisaillement à forte contrainte affectant des intrusions mafiques et des roches volcaniques felsiques métamorphisées en assemblages d’amphibolite plus faibles.

Une minéralisation aurifère de forte épaisseur et à haute teneur a été recoupée en profondeur entre le niveau 2750 et le niveau 3450 (voir la figure 2). En 2007-2008, après la fermeture de la mine, trois sondages souterrains ont été forés afin de vérifier les extensions en profondeur de la mine à environ 170 m sous le niveau le plus bas (3 450 pi sous la surface).

  • Le sondage EE-189B a intercepté la Zone Principale et a recoupé 26,66 g/t Au sur 1,8 m et 14,72 g/t Au sur 1,2 m.
  • Le sondage EE-188 a recoupé la Zone Principale avec 30,3 g/t Au et 1,3 % Cu sur 3,02 m et la Zone Sud avec 9,23 g/t Au sur 0,91 m. 

Un des sondages n’a pas atteint la Zone Principale. Ces sondages montrent que la minéralisation est toujours forte et persistante en aval-pendage avec un excellent potentiel sur toute la zone non testée en profondeur. Ces sondages représentent les plus récents résultats de forage sur la propriété.

Le corps minéralisé plonge vers l’est, la Zone Ouest étant l’un des secteurs les plus prometteurs en ce qui a trait au potentiel d’une minéralisation à forte épaisseur et à haute teneur en raison du nombre limité de forages et de travaux d’exploration effectués dans ce secteur historiquement en aval-pendage de la minéralisation connue. La Zone Ouest pourrait être une zone de décalage structurel (jog) qui permet la formation d’une veine beaucoup plus épaisse et à plus haute teneur. Cette zone nécessitera davantage de forages et d’étude pour confirmer cette hypothèse. Les intersections historiques comprennent : 2,44 m à 24,62 g/t Au, 3,93 m à 31,54 g/t Au, et 2,62 m à 24,28 g/t Au (exploité) et 5,0 m à 10,3 g/t Au, 3,2 m à 16,1 g/t Au, et 3,3 m à 10,4 g/t Au (non exploité).

De nouvelles zones parallèles ont été identifiées à quelques centaines de mètres au sud de la mine principale par les récents travaux de prospection de surface.

Une carotte de forage à haute teneur a été identifiée du niveau 2750 jusqu’au niveau 3450, incluant 18,4 g/t Au sur 7,5 mètres (0,537 oz/t sur 24,6 pieds) et 9,70 g/t Au sur 18,1 mètres (0,283 oz/t sur 45,3 pieds). Les sondages de 2007 à 2008 ont recoupé la veine à 170 m sous le plus bas niveau et ont indiqué que la minéralisation à haute teneur continue en aval-pendage. Le puits, qui a été approfondi en 2001, atteint une profondeur de 1 145 mètres.

En 2017, un levé magnétique aéroporté à haute résolution a été complété et plusieurs anomalies magnétiques d’amplitudes modérées à fortes ont été identifiées. En plus du fait que Joe Mann est ouverte latéralement et en profondeur, Joe Mann a été peu explorée au sud, et le levé magnétique a permis d’identifier de nombreuses cibles d’exploration hautement prioritaires à Joe Mann.


Des infrastructures considérables sont présentes à Joe Mann avec le puits descendant jusqu’au niveau de 3 775 pieds (1 145 mètres). Joe Mann possède un important potentiel d’extension de la minéralisation en profondeur et latéralement, incluant la Zone Ouest et de nouvelles zones potentielles au Nord et au Sud. 

Figure 1: Section longitudinale. La minéralisation demeure ouverte dans toutes les directions et n’a pas été exploitée en dessous du niveau de 3 450 pieds. Le bleu et le rouge sont les deux zones de veines parallèles à Joe Mann.
Figure 2: Section longitudinale de la mine Joe Mann et interprétation isométrique de Ressources Campbell Inc. Les intersections du diagramme supérieur ont été exploitées. Cependant, les intersections montrent des corridors à forte épaisseur et à haute teneur qui existent à Joe Mann.
Figure 3: Vue en plan de la carte des anomalies magnétiques avec les nouvelles cibles d’exploration au sud et au sud-ouest de la mine Joe Mann, qui provient de Lac Norhart West (Joe Mann Property) NTS 32G/08 Québec, MRB & Associates, November 30, 2018. John Langton (M.Sc. P. Geo.).